Il existe deux races :


le cavalier king charles : tête plus plate, oreilles plus hautes, museau plus allongé

et le king charles : tête plus bombée, oreilles plus basses, museau plus aplati, et il arrive qu'on leur coupe la queue à cause d'un problème de torsion

pour ses deux races, il y a 4 couleurs :

blenheim : blanc et feu, avec quelquefois une tâche sur la tête appelée "spot",  typique au blenheim

tricolore : blanc, noir et feu

rubis : tout feu

noir et feu : tout est dans l'appellation comme son nom l'indique



Petite anecdote sur le blenheim et le "spot"
tirée du livre de C. Limouzy "le cavalier king charles"

En 1704, John Churchill, duc de Malborough (1650-1722), capitaine général des armées britanniques - le fameux Malbrough de la chanson "Malbrough s'en va en guerre" - remporta une grande victoire sur l'armée française à Blenheim, petite ville de Bavière, sur la rive nord du Rhin. Le duc était un grand amateur de petits épagneuls à robe blanche et orange. Son épouse, la duchesse Sarah, attendait avec anxiété de ses nouvelles. Un jour, alors qu'elle tenait sur ses genoux un petit épagneul femelle prêt à mettre bas, elle appuya un peu trop fortement avec son pouce sur le front de l'animal qui donna naissance quelques jours plus tard à une portée ayant au front une marque orange : la "marque du pouce de la duchesse Sarah". Lorsque la victoire sur les français du valeureux capitaine anglais fut connue, les épagneuls à robe blanche et orange portant cette tâche distinctive au front furent dénommés "blenheim". Cette marque : lozenge en anglais, ce qui signifie "pastille", figure toujours dans le standard actuel. C'est d'ailleurs l'une des caractéristiques fondamentales du type blenheim





               
        

          


        





Créé avec Créer un site
Créer un site